Photo de famille des membres de l’AG de la Fédération Burundaise de Badminton.

A l’unanimité, la Fédération Burundaise de Badminton approuve ses statuts et son code électoral

Par Thierry Niyungeko


Appuyés par l'ambassade de France au Burundi, le Comité National Olympique et la Fédération Burundaise de Badminton (FBB) ont organisé, le 27 mars 2021, l'Assemblée Générale pour l'adoption des statuts et code électoral qui vont régir la FBB. Une approbation faite à l'unanimité.


Dans la continuité de l'initiative du CNO visant à harmoniser les statuts et le code électoral pour toutes les fédérations sportives nationales, c'est le tour de celle du Badminton de les adopter. Venus de 16 clubs affiliés au sein de la Fédération Burundaise de Badminton, les membres de l'Assemblée générale se sont rencontrés à Bujumbura pour les approuver. Au programme des travaux de cette journée, l'assemblée générale ordinaire comptant pour l'année 2020 qui avait été ajournée s'est tenue avec un seul point à l'ordre du jour : l'adoption des statuts et le code électoral de la FBB. Le président François Ndondo explique : « En termes de gouvernance d'une fédération, on a le devoir d'amender, d'adapter et d'actualiser les textes qui nous régissent ». Il trouve cette activité cruciale pour son organisation puisqu'elle a permis aux responsables et tous les acteurs du Badminton burundais de se rassembler dans le but de discuter sur les textes qui vont régir leur fédération et qui sont entrés en vigueur le jour de cette adoption.


Pour M. Ndondo, des innovations en termes d'améliorations sur certaines dispositions qui n'existaient pas aux textes d'avant ont été apportées aux nouveaux statuts et permettront de bien guider les fédérations. Il s'agit notamment de l'introduction des organes juridictionnels qui vont les aider à bien gérer les éventuels conflits qui peuvent surgir. La proposition de ces nouveaux statuts a été appréciée par les responsables de la fédération de Badminton qui attestent que ce sont des textes qui tiennent en compte tous les aspects en matière de gestion des organisations sportives. « Ils ont franchement été conçus par des personnes qui en possèdent de l'expertise à tel point qu'il suffit juste de les adapter pour toutes les fédérations qui vont nécessairement les adopter », a-t-il conclu.


Renforcement de la bonne gouvernance


Salvator Bigirimana, Secrétaire général du Comité National Olympique salue l'adoption de ces statuts et du code électoral. « Modernes et bien pensés puisqu'ils montrent bien la part de la femme et celle de l'athlète, ces deux catégories doivent être représentées aux organes dirigeants », note-t-il. Les nouveaux statuts proposés, poursuit-il, contiennent des dispositions en rapport avec l'arbitrage et le règlement des litiges puisque les textes prévoient des mécanismes internes de résolution des conflits qu'il faut mettre en place. Pour M. Bigirimana, la plus-value de l'introduction de ces textes sera le renforcement de la bonne gouvernance au sein des fédérations. Revenant sur les conflits qui se sont antérieurement produits dans certaines fédérations surtout quand approche les élections, cela sera prévenu par le code électoral qui clarifie la mise en place de la commission électorale, les délais qu'il faut respecter ainsi que les documents exigés pour élire et se faire élire.


Actuellement, la Fédération Burundaise de Badminton compte 16 clubs affiliés. Ils sont principalement basés en Mairie de Bujumbura qui compte 7, la province Bubanza qui totalise 5 clubs, un club en province Cibitoke, un autre à Ngozi ainsi que celui de Gitega. En plus de ces clubs agréés, le jeu est implanté dans toutes les provinces avec au moins une école de Badminton dans le cadre du projet Shuttle Time. 

 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
mardi 7 décembre 2021
If you'd like to register, please fill in the username, password and name fields.