Les membres de l’assemblée générale de la Fédération Burundaise de Boxe.

La FBB adhère aux nouveaux statuts des fédérations sportives nationales

Par Thierry Niyungeko


Appuyé par l'Ambassade de France au Burundi, le Comité National Olympique a tenu, le 30 janvier 2020 à Bujumbura, une assemblée générale pour l'adoption des statuts de la Fédération Burundaise de Boxe (FBB). Le président Eric Ndayishimiye nous en parle dans cette interview.


CNO : Parlez-nous de l'adoption des nouveaux statuts des fédérations nationales auxquels vous avez adhéré.


Eric NDAYISHIMIYE: Le Comité National olympique a constaté des lacunes aux anciens textes régissant les fédérations et nous a proposé des statuts types qui seront adoptés par toutes les fédérations. Nous sommes fiers de les approuver. Pour y arriver, nous nous sommes conformés à la loi sportive au Burundi ainsi que les statuts de la Fédération Internationale de Boxe à laquelle nous sommes affiliés. Nous voulons toujours être une organisation sportive en ordre afin d'être éligible sur le plan national et international.


Vous adoptez en 3e position ces statuts. Quelle impression cela vous fait ?


Nous nous réjouissons de les adopter parmi les premières fédérations reconnues au Burundi. Nous nous félicitons d'avoir pu adapter nos textes qui connaissaient certaines lacunes à ceux proposés par le CNO qui vont lever toute équivoque. A ceux qui placent la Boxe parmi les faibles fédérations, nous venons de les étonner en adhérant parmi les premières. Comme toute institution qui se respecte, nous sommes convaincus qu'on ne peut pas travailler sans cadre légal.


Quelles sont les principaux articles de ces statuts qui ont été amendés ?


Au niveau des organes dirigeants, on avait 4 personnes (le président, le vice-président, le Secrétaire Général et le Trésorier) mais cette fois-ci on a changé et le comité exécutif comprendra le Président et son vice, le SG et son vice, le Trésorier et son vice ainsi que la représentante du sport féminin. Le niveau d'études faites a été révisé : le président devra avoir un diplôme universitaire, le trésorier devra être économiste ou comptable de formation. Comme notre fédération manque des licenciés en la matière, nous allons exiger un diplôme de niveau A2.


Quelle sera la plus-value de ces réformes au sein de votre fédération ?


Quand nous avons organisé des élections au sein de notre fédération, nous avons constaté des lacunes au niveau du code électoral qui ne clarifiait pas certains points mais cette fois-ci les statuts sont clairs. Comme nous avons toujours voulu être de bons élèves du CNO, du gouvernement et de la Fédération internationale pour disposer d'un cadre légal nous permettant d'exercer nos activités en toute liberté, nous pensons qu'avec l'amendement de nos statuts nous pourrons bénéficier des soutiens de nos partenaires.


Est-ce qu'il y aurait des manquements constatés dans vos anciens statuts ?


Les manquements ont été constatés depuis le Comité International Olympique et l'Association Internationale (CIO) de Boxe Amateur (AIBA) ce qui a poussé à proposer ces statuts types que nous venons d'adopter. Nous avons favorablement accueilli les recommandations du CNO au niveau national parce que nous savons aussi que l'AIBA devra se conformer à celles du CIO.


Merci monsieur le Président.


C'est moi qui vous remercie. 

 

Comments

No comments made yet. Be the first to submit a comment
Already Registered? Login Here
Guest
mercredi 18 mai 2022
If you'd like to register, please fill in the username, password and name fields.